« Nos étoiles contraires »

 

[CHRONIQUE N°23] Nos Étoiles Contraires

John Green

 

Hey ! Alors voilà, suite au challenge de la Coupe du Monde des Livres, je viens de terminer le troisième livre que je devais lire ! Ça me fait donc un total de 3 goals ( 3 livres lus ) pour le moment ! 😉

Nos-étoiles-contraires-de-John-Green-couverture

Ce troisième livre n’est autre que « Nos étoiles contraires » de John Green ! Ayant eu un franc succès et sachant qu’il allait être adapté au cinéma au mois d’août ( la bande-annonce donne très envie, d’ailleurs !), je m’étais dit qu’il fallait absolument que je le lise et je ne le regrette pas !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

« Hazel est malade. Gravement. Augustus est en rémission. Elle a 16 ans, lui 17. Dès leur rencontre, en groupe de soutien, il est charmé par son originalité, elle est séduite tout court. Ils ont le même humour, le même regard sans concession et leur complicité est immédiate. C’est le début d’une magnifique histoire d’amour et d’amitié. »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Par où commencer ?

Hazel Grace a 16 ans. Elle est encore insouciante et ignorante de la vie, pourrait-on dire ! Mais c’est loin d’être le cas : en effet, Hazel est atteinte d’un cancer de la thyroïde, diagnostiqué à l’âge de 13 ans. Ses poumons ne pouvant plus faire leur boulot, elle se retrouve avec une bonbonne d’oxygène qu’elle doit éternellement traîner derrière elle, tel un boulet. Ses occupations : la lecture, où elle trouve un refuge et ses inlassables réunions de cancéreux. Inlassables ? Pas tout à fait. Pas depuis l’arrivée d’Augustus Waters. Le beau garçon aux yeux bleus attire immédiatement Hazel et le courant passe tout de suite entre eux. Mais la jeune fille, dit-elle, est une grenade : elle peut exploser à tout moment et blesser son entourage. Or, elle n’a aucune envie de blesser Augustus… Mais comment lui résister ? Hazel sait depuis toujours qu’elle va mourir et Augustus sait depuis toujours qu’il a plus de 80% de chances de survivre à sa maladie. Cette histoire raconte l’irréfutable et indéniable attraction de deux étoiles contraires…

Ce livre, il raconte la maladie, l’amour et le mort avec, parfois, un humour ( quelquefois déplacé, c’est vrai ) qui nous fait voir ces sujets sous un autre angle. C’est une ode à l’amour et à la vie. Les émotions sont riches, profondes et palpables à chaque page. Il y a , comme je l’ai déjà dit, une ironie décalée mêlé de répliques à la Shakespeare et surtout une autodérision face à la maladie. On aborde donc le thème de la mort et de la maladie d’une manière plus frivole, plus légère. J’ai aimé la philosophie du livre : en effet, le livre est ponctué de répliques superbes, des répliques pleines de métaphores, comme dirait Augustus.

Les personnages semblent très matures ( parfois un peu trop pour des adolescents ) en particulier Hazel. Je les ai trouvés cependant très attachants comme Isaac, l’ami aveugle d’Augustus qui perd l’amour de sa vie en même temps que la vue, ou Hazel, qui ne veut pas tomber amoureuse de peur de faire du mal ou encore ses parents, qui savent que l’inévitable arrivera mais qui s’accrochent pourtant…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Voici quelques moments du livre qui m’ont particulièrement marqué :

« Certains infinis sont plus vastes que d’autres,nous a appris un écrivain qu’on aimait bien, Augustus et moi. Il y a des jours, beaucoup de jours, où j’enrage d’avoir un ensemble de nombres infinis aussi réduit. Je voudrais plus de nombres que je n’ai de chances d’en avoir, et pour Augustus Waters, j’aurais voulu tellement plus de nombres qu’il n’en a eus. Mais, Gus, mon amour, je ne te dirai jamais assez combien je te suis reconnaissante de notre petite infinité. Je ne l’échangerai pas pour tout l’or du monde. Tu m’as offert une éternité dans un nombre de jours limités, et j’en suis heureuse. »

« – Augustus, peut-être aimerais-tu partager tes peurs avec le groupe ? […]
– J’ai peur de l’oubli, a-t-il répondu sans attendre. […]
– Quelqu’un aimerait rebondir la-dessus ? […]
Je me suis tournée vers Augustus Waters et il s’est tourné vers moi. Il avait les yeux d’un bleu translucide.
– Un jour viendra, ai-je dit, où nous serons tous morts. Tous. Un jour viendra où il ne restera plus aucun être humain pour se rappeler l’existence des hommes. Un jour viendra où il ne restera plus personne pour se souvenir d’Aristote ou de Cléopâtre, encore moins de toi. Tout ce qui a été fait, construit, écrit, pensé et découvert sera oublié et tout ça, ai-je ajouté avec un geste large, n’aura servi à rien. Ce jour viendra bientôt ou dans quelques millions d’années. Quoi qu’il arrive, même si nous survivons à la fin du soleil, nous ne survivrons pas toujours. Du temps s’est écoulé avant que les organismes acquièrent une conscience et il s’en écoulera après. Alors si l’oubli inéluctable de l’humanité t’inquiète, je te conseille de l’ignorer. C’est ce que tout le monde fait. « 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Pour conclure…

Je mentirais en disant que j’ai tout aimé dans ce livre ; l’écriture était tantôt plutôt enfantine, tantôt plutôt philosophique ( j’ai parfois eu du mal à comprendre ses moments de philosophie… ^^) mais j’ai beaucoup aimé la fin car bien qu’elle soit triste, elle prend une tournure que l’on n’aurait jamais pu deviner. Les personnages sont attachants, émouvants et bien travaillés. Voilà,  j’ai donc beaucoup apprécié ce livre mais pas dans l’ensemble, en bref. 🙂

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma note : 7 / 10

Publicités

« PS : I love you »

[CHRONIQUE N°22] PS : I love You

Cecelia Ahern

 

 

Hello ! Ce livre, ça faisait un p’tit bout de temps que je voulais le lire et j’ai enfin pu le faire grâce au challenge de la Coupe du Monde des Livres !

9782290344903

…Et j’ai bien fait de le lire ! En effet, ce livre a été pour moi une très belle découverte !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Tout commence par l’histoire d’un couple marié. Tout allait bien, Gerry et Holly filaient le parfait amour, jusqu’au jour où ils apprennent que Gerry est atteint d’une tumeur au cerveau… Par la suite, Gerry succombe à cette maladie incurable et Holly est dévastée par le chagrin et sombre inévitablement dans une profonde déprime. Quelques mois plus tard, lors d’une visite chez ses parents, une surprise attend Holly : Une lettre pour chaque mois de l’année lui est destinée et l’auteur de ces lettres n’est autre que… Gerry ! Ces lettres ( une par mois ) lui dictent de faire la liste des choses qui l’aideront à ré-apprendre à vivre et sont signées : « PS : Je t’aime »… Même après sa mort, Gerry, dans une ultime action, continue de veiller sur Holly avec bienveillance. Ainsi, il va aider sa femme à reprendre sa vie en main. Holly découvre alors une nouvelle vie sans son âme sœur bien plus difficile qu’elle ne l’aurait cru  mais peut-être pas si insurmontable que cela …

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

J’ai adoré suivre Holly dans ce dur parcours de la vie, la voir se réveiller d’un long sommeil et se relever. On la voit se transformer, allant de la jeune femme fragile qui pleure tout le temps à la femme courageuse et prête à tout qui a gagné en assurance. Tout en avançant dans l’histoire, on découvre par petits bouts son passé avec Gerry et on comprend mieux son sentiment de solitude et sa volonté d’isolement. On sent qu’il y a eu beaucoup de recherche derrière le personnage d’Holly, que c’est un personnage qui a été très travaillé et approfondi. Elle est à la fois émouvante et cruche, drôle et sensible : elle nous fait craquer, quoi ! Les autres personnages sont, eux aussi, plutôt bien travaillés et très attachants : les deux meilleures amies d’Holly, Sharon et Denise, sont à mourir de rire et Ciara, sa sœur est d’un humour à se rouler par terre ; d’autres sont très émouvants comme Holly bien sûr, mais aussi Richard, son frère renfermé à la vie dure ou Daniel, le beau barman mélancolique qui n’a pas été gâté par la vie non plus et qui va beaucoup se rapprocher d’Holly du fait de leur passé plus ou moins ressemblant.

Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est le fait que tous les sentiments possibles et inimaginables sont au rendez-vous et on ne s’en lasse pas ! Je suis passée du fou rire aux pleurs, et de la colère à la joie en passant par l’espoir et la tristesse. Ce livre est un magnifique hymne à la vie qui nous montre que, malgré les difficultés, il faut continuer d’avancer, continuer de vivre car tout n’est pas perdu, il y a toujours une once d’espoir en nous qui nous donne le courage de continuer la vie aussi dure soit-elle.

Ce que j’ai trouvé le plus étrange, c’est que le personnage auquel je me suis le plus attaché est Gerry : malgré sa mort, sa présence est omniprésente durant tout le long du livre et, à travers ses lettres et les quelques flash-back, on découvre un homme attentionné qui aimait sa femme plus que tout au monde et je l’ai trouvé très attendrissant et très émouvant. Je n’ai pas pu m’empêcher de verser quelques larmes à certains instants ! Et puis, on a l’impression d’être Holly par moments : à chaque fois qu’elle ouvre une lettre, je me suis retrouvée comme une gamine à me dire : « Mais plus viiiiite !!! Qu’est-ce qu’il peut bien y avoir dans cette lettre? » !  (Si, si, je vous jure, c’est exactement ce que je me suis dit ! XD )

 

Pour conclure…

Comme je l’ai déjà dit, ce roman a été une très belle découverte et m’a beaucoup ému. On se met à la place d’Holly et on se dit : « C’est vrai ça ! Qu’est-ce que je ferais, moi, si l’être que j’aime le plus au monde venait à mourir ? » eh bien, on aurait certainement pas le courage d’Holly, ni sa force d’avancer et c’est pour ça que j’admire ce personnage qui est somme toute très réaliste ! ( oui, j’admire quelqu’un qui n’existe pas ! et alors ? 😛 ) Ce livre nous montre la réalité en face, il nous montre les côtés les plus difficiles de la vie mais aussi ses côtés les plus joyeux.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma note : 10 / 10

Avec la mention Coup de Cœur !

Coeur

 

« Complètement cramé ! « 

 

[CHRONIQUE N°20] Complètement Cramé !

Gilles Legardinier

 

Hello !

Me revoici avec « Complètement Cramé ! » après  » Demain j’arrête ! » ( <– mon avis ici)  et « Et soudain tout change » ( <– et ici ! ) ! Voici donc maintenant au complet les « livres à chats » de Gilles Legardinier.

Comme à mon habitude, voici le résumé en quatrième de couverture :

9782265097025 » Arrivé à un âge où presque tout ceux qu’il aimait sont loin ou disparus, Andrew Blake n’a même plus le cœur à orchestrer ses blagues légendaires avec son vieux complice, Richard. Sur un coup de tête, il décide de quitter la direction de sa petite entreprise anglaise pour se faire engager comme majordome en France, pays où il avait rencontré sa femme. Là-bas, personne ne sait qui il est vraiment, et cela lui va très bien.
Mais en débarquant au domaine de Beauvillier, rien ne se passe comme prévu… Entre Nathalie, sa patronne veuve aux étranges emplois du temps ; Odile, la cuisinière et son caractère aussi explosif que ses petits secrets ; Manon, jeune femme de ménage perdue ; Philippe, le régisseur bien frappé qui vit au fond du parc, et même l’impressionnant Méphisto, Andrew ne va plus avoir le choix. Lui qui croyait sa vie derrière lui va être obligé de tout recommencer. »

 Si je vous en parle, c’est bien sûr parce que je n’ai pas été déçue ! On retrouve l’humour propre à Gilles Legardinier que j’ai beaucoup apprécié dans ses deux livres précédents.

En effet, entre les farces de son meilleur ami, les blagues sympathiques sur les clichés français / anglais, les bizarreries du régisseur, la rigolade est au rendez-vous ! Il s’ajoute à cet humour une petite touche mélancolique en arrière-plan : eh oui ! Andrew est en fait un homme profondément blessé par la distance créée avec sa fille depuis la mort de sa femme…

Au début, on découvre Andrew, un personnage qui nous paraît froid et solitaire au premier abord. Mais on apprend à l’aimer au fur et à mesure que l’on avance dans l’histoire : son amour attendrissant pour sa femme décédée, sa manie de vouloir rabibocher tout le monde, sa philosophie qui s’avère toujours véridique font de lui un personnage touchant et unique. Il me fait penser à un vieil homme qui a gardé son esprit d’enfant. Toujours là pour sortir une blague hilarante ( que les employés du manoir ne comprennent pas toujours d’ailleurs, n’étant pas des adeptes de l’humour à l’anglaise ! ) ou pour jouer des tours à ses collègues, il se rend compte que le destin l’a amené dans ce manoir pour une bonne raison : il doit ramener la joie dans ce château où personne ne s’entendait où ne s’adressait la parole jusque là.

 En lisant le livre, je me suis prise à penser à plusieurs reprises que j’aurais adoré avoir quelqu’un de mon entourage comme cet Andrew ! Il sait trouver les mots pour consoler, faire entendre raison ou simplement faire rire. Il respire la vie et la bonne humeur et il devient lentement celui qui redonne espoir à son entourage. Petit à petit, lui et les habitants du manoir, tous aussi frappadingues les uns que les autres, vont devenir une famille soudée…

 

–> Voilà ! Pour faire court, ce livre a été plus qu’agréable à lire ! L’auteur sait émouvoir son public tout en le faisant rire et, ça, moi je dis : « Chapeau, M. Legardinier ! » parce que c’est pas chose facile !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ma note : 10 / 10

 

Avec la mention Coup de Cœur ! 

Coeur

 

 

 

« Et soudain tout change »

 

[CHRONIQUE N°13] Et soudain tout change

Gilles Legardinier

 

Bonjour,

Après le succès phénoménal de « demain j’arrête!« , je n’ai eu qu’une envie : lire « et soudain tout change » que je m’empresse donc de vous faire partager !

9782265097506_1_75Comme d’habitude , je vous laisse le résumé de l’éditeur :

« Pour sa dernière année de lycée, Camille a enfin la chance d’avoir ses meilleurs amis dans sa classe. Avec sa complice de toujours, Léa, avec Axel, Léo, Marie et leur joyeuse bande, la jeune fille découvre ce qui fait la vie.
À quelques mois du bac, tous se demandent encore quel chemin ils vont prendre. Ils ignorent qu’avant l’été, le destin va leur en faire vivre plus que dans toute une vie… Du meilleur au pire, avec l’énergie délirante et l’intensité de leur âge, entre espoirs démesurés, convictions et doutes, ils vont expérimenter, partager et se battre. Il faut souvent traverser le pire pour vivre le meilleur…« 

********************************************

 Dans ce troisième livre « à chats« , j’ai retrouvé lhumour caractéristique de Gilles Legardinier avec un plaisir non dissimulé ! Le contexte où se déroule l’histoire n’est cependant plus du tout le même : on est à présent plongé dans l’univers des adolescents et du lycée. J’ai beaucoup apprécié le fait que Camille, le personnage principal, semble quelqu’un de très mature qui observe sa société avec beaucoup d’intérêt. Grâce à elle, on ne voit soudain plus du tout comme avant les lycéens sortant du collège ou entrant le matin ou même encore la cantine. On retrouve des scènes du quotidien, des gens qui nous font penser à des connaissances ou même à soi ! Ce qui m’a le plus étonné, c’est l’aisance avec laquelle l’auteur réussit à se mettre dans la peau d’une fille telle que Camille ( facilité que l’on retrouve dans « demain, j’arrête » avec Julie ) !

On passe du rire aux larmes avec une facilité déconcertante et j’ai fait le plein d’émotions en lisant ce bouquin ! Ce livre soulève d’importantes questions sur notre avenir, sur la vie en général et remet en cause notre jugement sur la société, ce qui, je trouve, est très étonnant de la part d’un livre d’apparence ordinaire au premier abord.

Mon personnage préféré est sans aucun doute Tibor, qui, tout au long de la lecture, nous fait rire avec ses idées complètement loufoques sorties d’on ne sait où ! 😉 Et puis j’ai aussi apprécié son changement d’attitude plutôt attendrissant à la fin.

J’ai beaucoup aimé le retournement de situation vers le milieu du livre : complètement renversant ! Je ne vous en dirait pas plus à part qu’on ne s’y attend pas le moins du monde et que ce qu’on apprend sur une amie de Camille est bouleversant… Je me dis que ce genre de chose-là pourrait arriver à n’importe qui, à une connaissance, à une de mes amies, ou même à moi ! C’est ça qui est intéressant chez cet auteur, il nous fait nous rendre compte que la vie est une chose précieuse et qu’il faut savoir apprécier chacun des moments qu’elle nous offre.

********************************************

MA NOTE : 9 / 10

« Demain j’arrête! »

 

[CHRONIQUE N°10] Demain j’arrête !

Gilles Legardinier

 

 

97822612Bonjour à tous !

Alors, aujourd’hui, c’est « Demain j’arrête » que je vais vous présenter. Sa couverture mignonne et tape-à-l’oeil a tout de suite attiré mon attention sans parler du résumé qui m’a laissé sur une irrésistible envie d’acheter ce livre :

 « Au début, c’est à cause de son nom rigolo que Julie s’est intéressé à son nouveau voisin. Mais très vite, il y a eu tout le reste : son charme, son regard, et tout ce qu’il semble cacher… Parce qu’elle veut tout savoir de Ric, Julie va prendre des risques de plus en plus délirants… »

************************************************************************************

  Mmh… comment vous dire… j’ai adoré ce livre !!! C’est l’histoire de la vie étrange et pourtant banale d’une jeune fille déjantée du nom de Julie. A cause du nom rigolo de son voisin qui vient d’emménager dans son immeuble, Julie perd la tête et se met à faire des choses insensées qui nous font rire à tel point qu’on en a la larme à l’œil ! Par exemple, lui dire qu’elle va courir tous les matins pour l’impressionner alors que le sport est sûrement ce qu’elle aime le moins au monde ( avec les chats et les coquilles St Jacques mais ,ça, c’est une autre histoire…) n’est pas forcément une bonne idée. Mais quand on s’appelle Julie Tournelle, ce n’est qu’une idée farfelue parmi tant d’autres… Alors quand elle se retrouve à courir comme une dératée derrière Ric, rouge au point de faire une crise cardiaque, comment ne pas rire et ne pas craquer pour cette jeune femme prête à tout pour conquérir l’élu de son cœur ?

C’est une histoire marrante et romantique avec des personnages attachants que l’on a du mal à quitter après avoir terminé le livre.  Alors, que vous soyez amoureux, tristes, joyeux, en colère, je n’ai qu’une chose à vous dire : Lisez-le parce que des livres aussi marrant et agréable à lire que celui-ci, on n’en trouve pas tous les jours !

************************************************************************************

Et un extrait qui vous donnera sûrement encore plus envie de le lire ! :

« On est devant ma porte. En pareille circonstance, théoriquement, je devrais l’inviter à boire un verre mais mon appart est rempli de fringues étalées partout. Je crois même que ma culotte est sur l’évier. Il ne doit entrer sous aucun prétexte. S’il essaie, je vais être obligée de lui crever les yeux avec les pouces. […] Qu’est-ce que je pourrais bien demander à Dieu pour me sortir de là ? Une secousse sismique serait idéale. Magnitude 3, s’il vous plaît.  Pas trop forte mais bien flippante. Ric me prendrait dans ses bras, il m’emporterait hors de l’immeuble et, de là, il n’aurait aucune chance de voir ma culotte. On aiderait les gens en évitant les pots de fleurs qui tomberaient des fenêtres avec les vélos et les chiens. Ce serait bien. »

(Et voilà un petit aperçu des pensées complètement loufoques de l’extravertie Julie ! 😉 )

************************************************************************************

MA NOTE : 10/10

« Très chère Sadie »

 

[CHRONIQUE N°8] Très chère Sadie

Sophie Kinsella

 

Bonjour !

Alors… « Très chère Sadie », est un livre que j’ai découvert dans une librairie par hasard. Sa couverture flashy m’a tout de suite tapé dans l’œil ! Alors, moi, je dis : « vive les couleurs flashs ! » car, sans elles, jamais mes yeux n’auraient été attiré par cette jolie couverture et jamais je n’aurais pu lire cette histoire pour le moins… étrange, c’est le cas de le dire !

 9782266211482Résumé de l’éditeur : « La vie de Lara, 27 ans, part en cacahouète : un fiancé qui la plaque, une entreprise au bord de la faillite, des factures qui s’accumulent… Et cerise sur le gâteau : sa meilleure amie la lâche pour partir vivre en Inde ! Bref, Lara n’a ni le temps ni le temps ni la patience pour s’occuper de cette mystérieuse jeune fille qui semble tout droit sortie des années 20. Et pourtant, la voilà embarquée dans une chasse au trésor pour le moins rocambolesque… »

*************************************************************

Ce fut un roman aussi surprenant qu’inhabituel !
En effet, cette jeune femme des années vingt citée dans le résumé est en fait…  Le fantôme de la grande-tante de Lara ! Un fantôme que seul Lara peut voir et entendre. Enfin… Entendre normalement ! Eh oui,  car cette femme prénommée Sadie a la fâcheuse habitude d’ « hurler » à l’oreille des gens. Ces gens-là entendraient alors une sorte de voix intérieure qui les pousseraient à faire ce que leur dicte Sadie, qui est ,malheureusement pour Lara, souvent d’humeur joueuse ! Pas la peine de vous dire que cette extravagante jeune fille va mettre Lara dans des conditions très embarrassantes !
Alors quand Sadie tombe sous le charme d’un certain Ed, elle ne va pas hésiter à obliger Lara à sortir avec lui ou encore de danser le charleston avec lui, déguisée en jeune fille des années vingt !!!
Lara est plus que débordée et sa liste des chose à faire s’accumulent à une vitesse grand V : trouver le collier de Sadie, essayer de retomber sous le charme de son ex-petit copain, Josh, gérer son entreprise car sa soi-disant « meilleure amie » l’a lâchée, aller au rendez-vous d’ Ed ( soigneusement orchestrés par Sadie ! )…

Je suis allée de surprises en surprises et j’ai adoré le caractère bornée de Sadie qui a un certain côté comique et attachant ! De plus, j’aime beaucoup les tenues des années vingt : les bandeaux à plumes, les robes à paillettes, les colliers à perles, les longs cigares…

Enfin bref, tout cela pour dire que j’ai plus qu’adoré ce bouquin ( décidément, j’aime tous les livres que je lis en ce moment ! ) et que je compte bien lire les autres livres de Kinsella ( notamment « Poppy Wyatt est un sacré numéro » et « les petits secrets d’Emma » ).

Et enfin, un petit extrait assez rigolo ! :

     » Pendant ce temps, Sadie est toujours collé à Ed, lui caressant les cheveux, […] elle pirouette et fourre son nez dans la poche de sa veste de smoking. Je sursaute de surprise et m’exclame, furieuse, quand Ed a le dos tourné:
– Sadie ! Qu’est-ce que tu fiches ?
– J’avais envie de savoir ce qu’il trimballait ! dit-elle en se redressant. Mais rien d’ intéressant, juste des papiers et des cartes de visite. Je me demande ce qu’il a dans ses poches de pantalon… Hum…
Ses yeux convergent vers sa braguette et se mettent à briller.
– Sadie ! Arrête !
– Monsieur Harrison !
Une femme élégante en robe de cocktail bleu marine fonce sur Ed. […]
– Bonsoir, Sonia.
Je lui donne une poignée demain ultra-professionnelle.
– Je m’occupe de recrutement, voici d’ailleurs ma carte… Non !
Le cri m’a échappé. Ma grande-tante fait une nouvelle pirouette. Cette fois, elle a le visage plongé dans la poche du pantalon. […]Sadie relève la tête une seconde et la replonge aussitôt. Qu’est-ce qu’elle peut bien fabriquer ? […]
– Oh, là, là ! s’exclame mon fantôme en relevant la tête. Je me suis rincée l’œil ! […]
Aussitôt, je sors mon portable pour me camoufler et me tourne vers Sadie.
– Ne recommence jamais ! Tu m’as fait perdre les pédales. Je ne savais plus où regarder !
Mon aïeule prend un air coquin.
– Je voulais seulement satisfaire ma curiosité !
Je ne lui demande même pas ce qu’elle entend par là… »

***********************************************************************

Ma note : 10 / 10

 

Avec la mention Coup de Cœur !

Coeur